Lecture d’été (suite)

Suite de mes lectures d’été

Et tout d’abord, toujours dans la gamme « Thriller », Bernard Minier : Glacé

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.  » Retenez bien ce nom : Bernard Minier.  » Le Figaro littéraire  » De répit, point, ni pour les personnages ni pour nous. Une réussite !  » Le Point Prix du meilleur roman francophone au Festival polar de Cognac Cet ouvrage a reçu le Prix Polar du festival de Cognac

La lecture de « N’éteins pas la lumière » m’avait incité à passer à lecture de ce premier opus.
Et en effet très vite on s’accroche à l’intrigue, aux fausses pistes et aux relances … Beaucoup de personnages apparemment sans liens, et pourtant tous se tiennent … Parfois le roman tombe un peu dans l’excès dans l’horreur; la marque de notre époque ?
A recommander … Et du coup la lecture de ces 2 romans à « contre courant » ne ternissent pas mon appréciation sur « N’éteins pas … », contrairement à certains commentaires.

Ensuite changement de style avec un roman plus « psychologique » si l’on en croit les critiques. Rachel Joyce : 2 Secondes de Trop

Angleterre, 1972. Pour faire coïncider l’heure officielle avec la rotation de la Terre, deux secondes vont être ajoutées au temps. Cela semble anecdotique, et pourtant… Ce matin-là, lorsque le jeune Byron part à l’école en voiture avec sa mère Diana, un accident se produit au moment même où il voit l’aiguille de sa montre reculer. Leur vie bien construite va basculer dans le chaos… Si deux secondes insignifiantes peuvent dérégler le cours d’une vie, alors seul le temps pourra aider Byron à faire ressurgir la vérité et guérir ses blessures.  » Un roman intense et immense…  » Le Parisien  » Son premier roman nous avait épatés, le deuxième était donc attendu avec impatience. C’est une réussite !  » Psychologies Magazine

Vraiment 2 secondes de trop, et même plus … C’est long, c’est lent, Byron et sa mère s’enfoncent lentement dans les suites de l’accident (le lecteur aussi). Que nous mijote Beverly?
La dessus se greffent les problèmes de Jim et Eileen, 2 autres personnages … 2 histoires qui s’entremêlent à des saisons différentes. Mais n’ayez crainte : page 439 (sur 475) … Bon Dieu, mais c’est bien sur  !
Mon avis, peut être sévère, mais vraiment pas en phase avec la critique : Bon pour la collection Harlequin …

Ce roman me fait regretter Willa Marsh avec Meurtres entre Sœurs, petit roman qui en moitié moins de page vous prend dès le début et vous emmène dans un délire bien en phase avec l’humour noir à l’anglaise. A lire et à relire !
Olivia et Emily, des demi-sœurs, vivent une enfance heureuse dans l’Angleterre des années 1950. Jusqu’au jour où Mo et Pa font un troisième enfant : Rosie, la petite princesse, leur préférée. Une vraie peste. Peu à peu, Rosie parvient à empoisonner l’existence de toute la famille, poussant Olivia et Emily dans leurs derniers retranchements. Comment s’en débarrasser ? Coups bas, manipulations en tous genres, vengeances : impossible de s’ennuyer à la lecture de ce roman jubilatoire, aux héroïnes aussi cyniques que déjantées.
Un festival d’humour noir !

Je termine cette deuxième lecture d’été avec Arnaldur Indridason : Le Livre du Roi

Source ancestrale de la mythologie nordique, Le Livre du roi est le plus précieux de tous les manuscrits islandais. Un trésor pour lequel certains sont prêts à voler, et même à tuer. En 1955 à Copenhague, un jeune étudiant islandais se lie d’amitié avec un étrange professeur d’histoire, bourru, érudit, passionné de sagas islandaises… et ancien propriétaire du fameux manuscrit. Désireux de récupérer ce bien inestimable, il entraîne le jeune homme dans une quête effrénée. Ensemble, ils vont traverser l’Europe et vivre une aventure qui marquera leurs vies à jamais

Changement de style pour ce titre d’Indridason. Nous ne sommes plus dans les enquêtes policières d’Erlendur, mais l’Islande est toujours là …
On remonte dans le passé et les éléments fondateurs du peuple islandais face aux envahisseurs danois. Nous sommes dans la quête d’un ouvrage disparu qui « sème » la mort sur son passage.
Lecture un peu difficile pour la première partie ou l’on est plutôt sur un descriptif de l’esprit fondateur islandais, puis l’aventure se met en place et l’on rejoint un peu le style « Indiana Jones »
l’ouvrage ne laisser pas un souvenir impérissable, mais c’est une excellente lecture d’été ou l’on ne ne se prend pas la tête, sauf à vouloir comprendre la mythologie islandaise.

Et pour conclure je reviens sur le « chef d’œuvre » déjanté de Jonas Jonasson : Le Vieux qui ne Voulait pas Fêter son Anniversaire

Alors que tous dans la maison de retraite s’apprêtent à célébrer dignement son centième anniversaire, Allan Karlsson, qui déteste ce genre de pince-fesses, décide de fuguer. Chaussé de ses plus belles charentaises, il saute par la fenêtre de sa chambre et prend ses jambes à son cou. Débutent alors une improbable cavale à travers la Suède et un voyage décoiffant au cœur de l’histoire du XXesiècle. Car méfiez-vous des apparences ! Derrière ce frêle vieillard en pantoufles se cache un artificier de génie qui a eu la bonne idée de naître au début d’un siècle sanguinaire. Grâce à son talent pour les explosifs, et avec quelques coups de pouce du destin, Allan Karlsson, individu lambda, apolitique et inculte, s’est ainsi retrouvé mêlé à presque cent ans d’événements majeurs aux côtés des grands de ce monde, de Franco à Staline en passant par Truman et Mao…
« Un chef-d’œuvre dans l’art du mensonge. J’oserai même prétendre que le souffle d’Arto Paasilinna traverse les pages de ce livre.  » Smålandsposten

Pour revenir sur cet ouvrage, je me résume en reprenant l’avis de Joachim :
VOUS NE DEVEZ PAS PASSER À COTÉ DE CE LIVRE qui met en scène un centenaire qui s’enfuit de sa maison de vieux et qui bascule dans une folle cavale à travers la Suède aux côtés de compagnons aussi improbables qu’un vendeur de hot-dog, un vendeur de drogue ou un éléphant, et le tout avec parfois un cadavre.
Mais il y a encore bien plus, car ce petit vieux nous replonge dans son passé et par la même, dans l’Histoire du XXeme siècle, puisqu’il a tour à tour rencontrer Mao, Staline, Truman, Chruchill et tant d’autres, au cours d’aventures dignes de Forrest Gump.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *