2 randos d’été : Ardèche – Alpes de Haute Provence

Après une période « d’abandon » de ce blog, mais pas sans activités, je vais essayer de combler mon retard en commençant aujourd’hui par 2 randos de cet été, avant de continuer avec un retour sur 9 jours le long du Rhin sur le Rheinsteig.

Gorges de l’Ardèche

Mardi 21 aout 2018 – Beau temps, peut être un peu chaud, mais nous décidons quand même de rejoindre le hameau des Crottes, à 3km de Labastide de Virac.

Petit hameau très bien restauré, avec petit parking.
8h45 et c’est parti – après un passage au monument des fusillés – par un petit sentier bien agréable en direction du Mas de Serret.
En cours de route, après environ 900m, un premier aller retour sur la gauche conduit à un beau belvédère au-dessus du rapide de l’Hirondelle. 250m après avoir rejoint la petite route du Serret, un 2ème aller retour (non indiqué) sur la gauche conduit à un 2ème belvédère au-dessus de la Dragonnière.
Nous passons au camping du Serret, puis au Mas du même nom, pour prendre sur la gauche, juste après le mas, le sentier qui descend sur les berges de l’Ardèche. Ne pas manquer en cours de descente un aller retour non signalé pour un belvédère sur la combe d’Oullins.
Après un tronçon assez raide et caillasseux on arrive en fond de combe avec de gigantesques mousses qui recouvrent les arbres, pour enfin atteindre l’Ardèche en face de l’aiguille de Gournier.

Il est 10h15, 4,5km de parcourus, et c’est maintenant en partant sur la gauche – en cherchant le passage plus ou moins défoncé par des pluies récentes – que nous attaquons la partie de plaisir tout au long de la rivière :
– petites grimpettes et descentes
– pauses aux niveaux des différents rapides
– décor grandiose

Attention la moyenne n’est pas élevée, d’autant que peu à peu la température s’élève.
Passage devant le gué de Guitard, et arrivée sous le Rocher des Abeillères : il n’est que 11h mais nous faisons la pause pique nique.

11h30, km 5,9 nous repartons en loupant le bon passage (petite dalle raide à descendre) et en nous engageant sur un sentier qui se termine sur une vire qui bute dans les falaises !
Retour sur le bon itinéraire, rapides du Rossignol, du Figueras, de la Canelle.
L’itinéraire n’est pas très « roulant » : 2,7km de parcourus en 1h40
On attaque un  tronçon de pierres « debouts », très inconfortable, 500m en 20 minutes avant de retrouver un sentier beaucoup plus confortable qui nous conduit au-dessus de la Dragonnière.

14h, 10km parcourus, les gourdes sont vides, la langue desséchée, on attaque le dernier tronçon vers la Langue de Boeuf, et sa très belle vire câblée au-dessus de l’Ardèche. Au bout de la vire reste une échelle à descendre : un magnifique torrent venu du haut inonde magnifiquement le tout et c’est copieusement trempés (et désaltérés !) que nous atteignons le Sablou.
Encore 20 minutes et nous sommes en bas de la Combe des Champs, reste plus qu’à remonter les 200m de dénivelé qui nous ramènent aux Crottes, il est 15h45.

Randonnée qui sort de l’ordinaire par :
– la cadre splendide des gorges
– son terrain plutôt accidenté :
13,2km – 320m de dénivelé – 51 à l’index IBP !
Cliquez ci-dessous pour découvrir l’analyse de la trace.


L’album photos sur Smugmug

La Montagne de Beynes


Après les gorges de l’Ardèche, une semaine plus tard direction les crêtes de la Montagne de Beynes qui dominent la vallée de l’Asse (Alpes de Hte Provence) entre Estoublon et Mézel.

Changement de décor, et après avoir laissé notre véhicule au Col de la Croix au-dessus de Palus (route de Majastres), nous attaquons tranquillement par un bon chemin suivi d’un bon sentier plein nord jusqu’au Haut Vésiscle.
Nous retrouvons une belle piste sur notre droite, alors que la pente commence à s’accentuer.
4 km après le départ, attention à ne pas manquer le petit sentier qui monte sur la droite, d’abord sèchement sur 350m avant de s’adoucir à travers une très belle forêts aux arbres pas trop denses. Le sentier rejoint une piste (4,6km) que l’on prend sur la droite, 100m plus loin on pique à gauche pour prendre 50m plus loin un sentier qui monte à droite.
On monte tranquillement, plus loin un large coude à droite nous dirige alors sud-est pour rejoindre un collet à proximité d’une piste entre le Sommet du Suy et le Nid de l’Aigle (5,8km).
Prendre le sentier plein sud qui peu à peu s’oriente à l’est, à travers de belles clairières.

Toujours plein est, le sentier se raidit pour rejoindre la crête qui conduit au sommet (6,8km).
On suit alors vers le sud la grimpée le long du fil de la crête (itinéraire cairnés, parfois balisé jaune) jusqu’aux abords de la côte 1537, pour passer en contrebas d’une croix et remonter une petite combe jusqu’à la côte 1553 (8km).
Prendre alors sur la gauche et franchir la petite crête rocheuse et continuer SSE jusqu’au sommet (1600m, 8,5km du départ) en cherchant un peu son chemin à travers les genêts.

Le retour se fait en descendant plein sud (cairns et balisage jaune ici ou là) jusqu’à rejoindre un ancien sentier venant de gauche à l’altitude 1310 (9,6km). Prendre à droite et franchir la crête (aérien mais sans danger). On perd alors rapidement de l’altitude par un ancien chemin jusque vers la côte 1200 ou le sentier se rétrécit dans une traversée horizontale déversante (attention à ne pas chuter !).
Après une légère remontée, le sentier retrouve une belle piste (10,6km). Prendre à gauche et suivre pour rejoindre la piste qui mène à l’abri des Combes : prendre alors à gauche cette oiste en descendant sur quelques dizaines de mètres jusqu’à une source, passer en contrebas de la source et revenir sur sa droite sur 100m.
Nouvelle piste, prendre à gauche et 50m plus loin à l’amorce d’un virage à gauche, prendre le sentier peu visible qui descend à droite vers un sous bois (12km).

Suivre ce sentier qui descend devant vous jusqu’à rejoindre une nouvelle piste (12,5km), prendre à droite et 200m plus loin on retrouve l’itinéraire de départ. On file tout droit au carrefour, il ne reste plus que 700m pour retrouver la voiture.

Randonnée avec un très beau parcours de crête, et des vues à 360°, également de très beaux passages forestiers :
13,5km – 860m de dénivelé – 85 à l’index IBP !
Cliquez ci-dessous pour découvrir l’analyse de la trace.

L’album photos sur Smugmug

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.