Numérisation de diapositives

Depuis longtemps j’ai voulu reprendre sur support numérique mon stock de diapositives :

  1. Scanner Canon i865 avec dispositif de scan de diapos : compter 4 à 5 mn par dia pour un résultat très moyen et à reprendre dans un autre logiciel (DxO OpticsPro dans mon cas)
  2. Idem mais en utilisant Vuescan comme logiciel de pilotage du scanner : un peu d’amélioration en qualité mais traitement encore plus long
  3. En prêt un mini scanner autour de 100€ avec éclairage LED : plus rapide, passage des dias par petit magasin, mais qualité très moyenne
  4. Je pensais également à la solution du reprodia monté sur soufflet : hélas ce matériel que j’avais avait été revendu depuis belle lurette.

Les nombreux sujets sur les forums montrent la complexité de la solution à mettre en œuvre pour un amateur qui ne veut pas investir des sommes sans commune mesure avec l’objectif à atteindre : disposer d’une copie numérique de son parc de diapos.

J’avais un peu tout laisser tomber, mais un « nettoyage » de cave ma fait remettre la main sur un Prestinox Diasystem, projecteur de diapos … et la réflexion s’est remise en route avec une postulat assez simple :

Et si j’utilisais le projecteur diapos en guise de reprodia sur mon reflex numérique ?

Après différentes pistes essayées et essais plus ou moins concluants, je suis finalement arrivé à une solution que je peux résumer ainsi :

  • Rapide à mettre en place
  • Rapide dans sa phase de prise de vue : entre 15 et 20 dias par minute
  • Post traitement relativement rapide : moins d’une minute par dia
  • Résultats tout à fait correct et uniquement liés à la qualité de la dia d’origine

Voici mon banc de reproduction en situation :

IMG_3823_DxO

IMG_3824_DxO

Exemple de diapos :

IMG_5484 -1

Copie JPG de diapo brute de RAW – 5 208 x 3 476 px

 

IMG_5484

Diapo après traitement DxO – 4 864 x 3 173px

A découvrir également sur :
https://coillard.smugmug.com/Vieilles-diapos
https://rsdmartigues.smugmug.com/Vieilles-diapos


 1. Matériel :

Canon EOS-650D, objectif 100mm Macro, télécommande RS-60 :

Canon

Projecteur diapos Prestinox Diasystem 2200 GTS :

Prestinox

Documentation Prestinox Diasystem accessible ici (merci à Franklin Khazine qui m’a fourni ce lien)

Plateau support stratifié 400x500x19 mm :

IMG_3822_DxO

Support stratifié avec plaquette QRC40

Ce plateau sert à regrouper et positionner l’ensemble des éléments sur un support unique. La traverse centrale sert de butée au projecteur.
Les dimensions indiquées correspondent au montage réalisé pour mes besoins; ces côtes sont à adapter :
– le côté droit doit être en mesure d’accueillir l’ensemble des pieds du projecteur
– le côté gauche doit permettre l’installation de l’appareil photo équipé de son objectif avec le recul suffisant de la diapo engagée pour être au rapport sensiblement 1/1 – dans mon cas 19cm entre l’avant de l’optique et la diapo, ou encore 2cm de la face avant du projecteur.
L’encoche en bas à gauche permet de manœuvrer le bouton de la plaque QRC40.

Cache plastique blanc 50x50x1 mm :

IMG_3830
Ce cache sera inséré entre le passe-vue et le bloc optique du projecteur. Il assure le rôle « d’illuminateur » des diapos.
Découpé dans un mini « cartable » platique de documents de promo quelconque.

Matériel de fixation de type ARCA-Swiss :
J’utilise du matériel BENRO utilisé par ailleurs pour d’autres usages photographiques.
Equipements disponibles en Benro, Sirui, etc … (entre autres) chez :
Photo Addict
Amazon

Benro

La plaque à vis QRC40 est fixée sur le support général en bois.
Le rail MPB20 est inséré et verrouillé dans la fixation de la plaque QRC40.
La plaque PU70 est fixée sous la base de l’appareil photo, puis l’ensemble est verrouillé dans la fixation du rail MPB20.

Ce dispositif permet :
1/ la mise au point générale :
– en ajustant la distance « appareil photo/projecteur » par déplacement avant/arrière du rail MPB20 en desserrant la plaque QRC40, la mise au point fine se faisant par la bague de mise au point de l’objectif
2/ le cadrage général :
– en ajustant le centrage gauche/droite de l’objectif de l’appareil photo face à l’emplacement de l’objectif du projecteur (cadrage général)
– en ajustant initialement par des cales sous QRC40 la hauteur de l’objectif de l’appareil photo face à l’emplacement de l’objectif du projecteur, l’ajustement précis se faisant par les pieds réglables du projecteur.


2. Installation

Ce processus est celui que j’applique dans mon cas précis – à adapter éventuellement.
Après avoir posé le plateau support en stratifié sur sa table de travail :

  1. La plaque à vis QRC40 doit être en place. Poser le projecteur les pieds avant calé sur la réglette du plateau
  2. Basculer la face avant, enlever le rétro-écran, enlever l’objectif du projecteur et relever la face avant
  3. Enlever le cache-lampe, puis insérer la cache plastique blanc devant la lentille bombée – Remettre le cache-lampe
  4. Placer le rail type MPB20 dans la fixation QRC40 mollette de serrage côté opposé au projecteur et vérifier la perpendicularité avec la réglette du plateau
  5. Monter la plaque PU70 ou équivalent (dans mon cas plaque de viseur Viewfinder SWIVI) sous la base de l’appareil photo et fixer la l’ensemble sur la fixation du rail MBP20

Il faut maintenant ajuster la position de l’appareil photo par rapport au projecteur :

  1. Insérer une diapo assez claire dans le projecteur et mettre sous tension
  2. Sur un objectif macro, régler la distance sur un rapport proche de 1 (0,95 par exemple). Pour les autres procéder par tâtonnement …
  3. Mettre l’appareil photo en service et si possible passer en visée par l’écran arrière, sinon passer par le viseur
  4. Vérifier la position de l’image de la diapo et déplacer l’appareil photo en conséquence :
    – utilisez un pré-déclenchement pour refaire le focus après chaque essai
    – reculer si plein cadre blanc, avancer si l’image ne rempli pas suffisamment le viseur
    – gauche/droite selon la position latérale de l’image
    – pour la position verticale jouer les pieds du projecteur si l’image est trop basse. Si l’image est trop haute il faut rehausser la plaque à vis (tout démonter et recommencer …)
    En final l’image doit presque remplir l’écran arrière de l’appareil photo, en effet d’une diapo à l’autre selon le calage dans le passe vue il peut y avoir un petit décalage entre les diapos
  5. Derniers réglages :
    – Appareil photo exposition réglée en manuel – 100ASA – Diaph 5.6
    – Choisissez une vitesse qui donne les résultats escomptés
    – Notez ces paramètres que vous utiliserez ensuite de façon QUASI systématique, pour conserver l’exposition de vos dias
    – Pour la suite : je travaille en mode RAW

Le plus difficile est fait : penser à mémoriser la position de vos différents éléments les uns par rapport aux autres, la prochaine fois tout sera prêt en 5 minutes.

IMG_5730 -1

NOTA : à l’usage, il m’a fallu intervenir sur le volet « obturateur » (passage au noir en l’absence de diapo) pour en « raboter » une petite partie qui apparaissait sur l’extrême droite de mes prises de vue :

 


3. Numérisation – Post Traitement

Numérisation :

  1. Engagez un panier avec vos diapos soigneusement nettoyées
    ATTENTION à leur positionnement qui n’est pas le sens habituel (l’image doit être correctement orientée sur l’écran arrière de votre appareil photo), et PAS de diapos à la verticale (votre appareil photo est en mode « paysage ») !
  2. Mettez en place la télécommande de l’appareil photo et celle du projecteur
  3. Et c’est parti !
    > Télécommande diapos dans une main – Engagez une diapo
    > Télécommande appareil photo dans l’autre main – Préfocus  – Déclenchement
    > Passage diapo suivante
    > Etc …

Post Traitement :

Les opérations de post-traitement consistent essentiellement en opérations de :

Traitements par lot :

  • ajustements colorimétriques
  • correction de vignettage
  • correction de densité, contraste
  • rotation photos verticales cadrées horizontales
  • mauvaise orientation (attention avec DxO PAS de « miroir » horizontal gauche/droite ! A reprendre ailleurs, PSP X6 chez moi)

Traitements individuels :

  • recadrage, horizontalité
  • traitement des poussières et rayures

Résumé vidéo :

Ci-dessous une vidéo qui reprend (pas de commentaires audios) le processus d’installation :

4 commentaires

  1. bonjour très bonnes explications.

    si le projecteur permet un cadencement automatique et possède un système autofocus, en reliant contact de l’autofocus à la prise de télécommande de l’appareil photo, on peut effectuer le déclenchement automatiquement.
    Dans ce cas mettre l’appareil en mode retardateur 2 secondes pour s’assurer d’une parfaite stabilité de la diapo.
    Il faut alors 4 minutes environ pour « scanner » 50 diapos, le temps de préparer le panier suivant. 🙂

  2. Merci pour votre appréciation et votre remarque.
    N’ayant plus les manuels Il me reste à chercher où « piquer » le contact de l’autofocus et me monter le câble adéquat pour améliorer le système.

  3. bonjour,
    j’ai déjà réalisé un banc de transfert comme le votre, mais avec un compact. Je n’ai pas le mode macro. Le résultat est très moyen.
    Je recherche à me rapprocher de votre conception, mais je dois acquérir un réflex et un objectif macro. Sauriez vous me dire si un objectif de 50 mm macro serait suffisant ?
    Merci pour votre réponse

    • Merci de l’intérêt porté à mon système.
      Je pense qu’un 50mm sera un peu juste du fait de la très faible distance qu’il y aura entre la lentille avant de l’objectif et la diapositive.
      Il faut en compte tenir compte des faits que :
      – les diapos sont en 24x36mm, et que pour les prendre prendre plein cadre il faut être au rapport 1/1 si votre reflex est un 24×26, rapport 0,625 pour un reflex Canon APS/C (1 objectif 100mm est équivalent à un 160mm en mode plein format). Cette 2ème valeur varie selon la marque du reflex car tous les APS ne sont pas identiques
      – le passe-diapo est assez en retrait par rapport à la façade avant (dans mon cas environ 14cm et la lentille avant de l’objectif se trouve à environ 4cm de la façade avant du projecteur)
      Accessoirement je pense qu’un zoom peut faire l’affaire, avec l’inconvénient de tout repositionner à chaque séance de prise de vue (focale du zoom et position de l’appareil
      Bon succès dans vos recherches

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *