Tour du Mézenc – Épilogue

Au départ, pour cette fin de printemps 2017 je suis parti sur une idée d’itinérance sur le Sentier de Maitres Sonneurs au pays de Georges Sand, mais devant l’extrême difficulté à trouver des hébergements permettant des étapes correctes (moins de 30km) et à des prix corrects, j’ai changé d’objectif pour une autre itinérance.

Je me suis donc tourné vers ce tour du Mont Mézenc, itinérance de 5 jours pour un centaine de kilomètres

Bilan de cette itinérance

Éléments d’organisation

Pour préparer cette itinérance je me suis appuyé sur :

  • le topoguide FFRandonnée ref.4302 « TTour du massif Mézenc – Gerbier de Jonc »
  • de traces GPS de différents sites avec réadaptation aux tracés du topoguide

J’ai apporté 2 modifications à l’itinéraire initial, liées principalement :

  • au fait d’être modérément chargés et en particulier pas de couchage avec nous, donc hôtels ou chambres d’hôtes
  • à la présence et la disponibilité d’hébergements en accord avec la difficulté de étapes (étape au Moulinou)
  • à éviter des secteurs du massif que je connaisse déjà (dernière étape directe Gerbier de Jonc – Col du Pranlet après le suc de la Lauzière)

 

Déroulement de l’itinéraire

En fin de printemps c’est une véritable « explosion » florale dans les champs, et les paysages au relief relativement doux sont un véritable enchantement. Beaucoup de petits hameaux encore habités, et quelques rares gros bourgs : St Martial, Fay sur Lignon, St Front et le Béage.
En clair une véritable cure de campagne ! Avec des paysages toujours magnifiques mais variés entre la partie est – avec des vues plongeantes sur le pays d’Aubenas ou la vallée de l’Eyrieux – et les vastes plateaux moutonnants à l’ouest.

Pour l’itinéraire lui même, on est dans un partage entre prairies et sous bois. A signaler toutefois un fort pourcentage de « revêtus », même si ce ne sont souvent que de petites routes de campagne au trafic inexistant.

Balisage – Signalétique

En ce qui concerne le GRP proprement dit, de toutes nos itinérances c’est certainement celle qui nous a le plus déconcerté ! Le contraste est saisissant entre les 2 départements : Ardèche et Haute Loire.

Pour la partie Haute Loire :
Itinéraire bien entretenu, avec un très bon balisage là ou il faut et sans excès, toutefois peu de totems signalétiques.
Topo-guide et carte 1/25000 sont amplement suffisants (la carte 1/50000 du topo est un peu juste)

Pour la partie Ardèche :
C’est un autre « poème » … Le topo-guide a été réédité en 2013, mais le balisage et la signalétique sont d’un autre age ! Quasi inexistant avec des sentiers à l’état de friche plus ou moins prononcée. Peut être qu’en septembre après le passage des randonneurs on s’y retrouve un peu mieux.
Quelques exemples :
– autocollants tous blanchis par le soleil
– autocollants (du moins ce qu’il en reste) utilisés sur des arbres
– quelques tronçons « ré-actualisés » mais pour qui fait le parcours à l’envers

Je n’ai pas pris de photos sur le retour …

Carte 1/25000 obligatoire, GPS avec traces vivement recommandé si vous ne voulez pas passer votre temps à vous poser des questions.

Je rappelle qu’il existe une Charte de balisage officielle

Les Hébergements

Encore une fois nous sommes extrêmement satisfaits de tous nos hébergements, hôtels ou chambres d’hôtes (à découvrir dans les articles au jour le jour) . Nous avons, comme toujours beaucoup apprécié la fourniture de sandwichs pour nos pique-niques, solution plus économique que le panier repas.

 Vidéo de cette itinérance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *